REGARD

10-08-17

UN PETIT TOUR.....A BICYCLETTE

                                                                                      

 

En l'an 1817, le baron Karl Drais, en mal de sensation nouvelle, s'assied à califourchon sur une poutre en bois reliée à deux roues et il se met à faire actionner cet engin en faisant courir ses pieds sur le sol. Sa surprise est grande lorsque il constate qu'il a couru 14 kms en 1 heure!....Aussitôt, il veut faire breveter sa machine qu'il baptise du nom de "Draisienne.

                                                                                                       

13386066895_2e29711b49_b

La Draisienne est breveté en 1818 sous le nom de "vélocipède"......traduction: véloce= rapide, pède= pied,....l' inventeur reste le baron Karl DRais.

Forcer sur les jambes pour faire avancer le vélocipède, entièrement en bois et trés lourd,requière un effort intense....l'invention a peu de succés. 

C'est en 1861 que Pierre Michaux, serrurier de son métier, doit résoudre un dilemne. Un client, fort mécontent de sa Draisienne, vient lui demander d'arranger la roue avant  défaillante car il éprouve vraiment des difficultés.....effectivement, la machine , une fois lancée l'oblige à maintenir ses jambes en l'air, d'où son épuisement à ce brave homme!

velocipede_race_paris

Les jambes restent en l'air tandis que le vélocipède avance.

 

Pierre Michaux, aprés maintes réflexions, suggère un repose pied ou plutôt un axe coudé dans le moyeu de la roue avant qui la fera tourner comme une meule.

La pédale voit le jour, le frein à patin aussi, la selle suspendue réglable également.....cette nouvelle Draisienne s'appelle aussi "la Michaudine" en l'honneur de Pierre Michaux,  génial serrurier (voir ma petite vidéo),

 La Michaudine est vendu 250 francs soit une année de salaire d'un ouvrier.....c'est le fils de Napoléon qui convertit la cour au vélocipède.

csm_velo-Michaux-1868-SA_a06319aa27

"La Michaudine", la roue, les rayons sont en bois.

9827996cfdbf3512ec56dc493a8449ca--tandem-bicycle-baby-carriers

On oublie pas bébé.

Dés lors, on se perd en imagination, en conjectures,  pour trouver le moyen de rendre le vélocipède plus rapide.....les pédales étant fixées de part et d'autre du moyeu, il faut donc augmenter le diamètre de la roue motrice et réaliser une distance plus grande à chaque coup de pédales.

Le diamètre de cette roue motrice devient immense, jusqu'à 3 mètres , elle propulse de12 mètres d'un  seul coup de pédale!!!, la roue arrière diminue puisque son seul rôle est de permettre l'équilibre de l'ensemble.

Le "Grand Bi" est nait, le premier est en bois, le bois est vite remplacé par l'acier

WP_20130316_005

En 1875, Jules Truffault allège les jantes et les fourches. A partir d'un stock de fourreaux de sabres déclassé, il les fabrique creuses, les rayons en bois sont vite remplacés par des rayons métalliques,..... du coup le "Grand Bi" atteint la vitesse honorable de 10 à 11 kms/heure.

La perfection est atteinte.........

 Hélas, c'est sans compter avec les routes caillouteuses, cahoteuses qui provoquent beaucoup d'accident, de chutes parfois graves, il faut donc trés vite remédier à réequilibrer le  Grand Bi qui défie la logique de l'équilibre.

L'Homme plein de ressources invente trés vite une machine plus prés du sol.

LA BICYCLETTE VOIT LE JOUR 

Au début des années 1880, la bicyclette se distingue des vélos actuels de par son cadre en croix...., sans selle, un coussin adoucit les fesses.

dursley

Suite à une évolution discrète, les améliorations se multiplient et aux environs de 1890 apparait celle qu'on appellera " la petite Reine".....roue libre....pneumatique démontable....changement de vitesse....en 1890 Dunlop invente le tube creux de caoutchouc gonflé d'air, il remplace le bandage plein et apporte plus de confort et surtout un changement beaucoup plus rapide du pneumatique.

Ces premières bicyclettes sont commercialisées en 1900, elles prennent leur envol auprés d'une bourgeoisie en mal de sensations fortes.....et aisée.

d715519b0cfa9ddc0dce3d24c609b555

Peu à peu, le vélo produit en série, devient moins cher à l'achat,il  perd son statut de loisir élégant et devient un engin de randonnée, de sport, de vacances, en 1914 plusieurs millions de Français l'ont adopté.

Je ne saurai oublier ces valeureux soldats qui, lors des deux guerres ont alourdi leur paquetage avec le vélo pliant, il pesait 13 kgs, son invention date de 1894.

milita10

Aujourd'hui, l'histoire de la bicyclette est loin d'être terminée.....elle roule, elle roule toujours "la petite Reine", faisant les beaux  jours du Tour de France....., elle vaut bien ce court hommage.

 

                                                                                                                                       -----à bientôt-------

                                                                                                                                                                  MICJI

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par micji à 20:20 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


05-08-17

LE CACTUS ROSE.....COLETTE (1873/1954)

P1110847

Lors d'une séance de lecture,  aux personnes agées de la "Maison des Ainés", j'ai lu un  extrait du roman de Colette, (1873/1954) ,"La naissance du jour", et j'ai vu sur leur visage des larmes furtives rouler  au creux de leurs rides avouées.

Cet extrait , "le cactus rose",se laisse lire et relire à l'infini, plein d'amour, à l'écriture savoureuse et poétique, où chaque ligne se transforme en image. Colette, écrivaine reconnue y révèle  le portrait d'une trés vieille femme "Sido" et son cactus rose. Cette femme n'est autre que sa mère tant aimée.

Je livre ces lignes au regard de toutes les femmes , de toutes les mamans, au souvenir de ma mère, ce magnifique hommage de tendresse.

----------------

P1110969

"Monsieur,

Vous me demandez de venir passer une huitaine de jours chez vous, c'est à dire auprés de ma fille que j'adore. Vous qui vivez auprés d'elle , vous savez combien je la vois rarement, combien sa présence m'enchante, et je suis touchée que vous m'invitiez à venir la voir. Pourtant je n'accepterai pas votre aimable invitation, du moins pas maintenant.Voici pourquoi: mon cactus rose va probablement fleurir, c'est une plante trés rare, que l'on m'a donnée et qui m'a t'on dit, ne fleurit sous nos climats que tous les quatre ans. Or , je suis déjà une trés vieille femme, et, si je m'absentais pendant que mon cactus rose va fleurir, je suis certaine de ne pas le voir refleurir une autre fois......Veuillez donc accepter,.........(...) .

P1110971

 

Ce billet signé " Sidonie Colette, née Landoy" fut écrit par ma mère à l'un de mes maris....l'année d'aprés, elle mourait, agée de soixante dix sept ans.

Au cours des heures où je me sens inférieure à tout ce qui m'entoure, menacée par ma propre médiocrité, effrayée de découvrir qu'un muscle perd de sa vigueur, un désir sa force, une douleur la trempe affilée de son tranchant, je puis pourtant me redresser et me dire: " je suis la fille de celle qui écrivit cette lettre, cette lettre et tant d'autres que j'ai gardées.Celle ci, en dix lignes m'enseigne qu'à soixante seize ans elle projetait et entreprenait des voyages, mais que l'éclosion possible, l'attente

P1110968

d'une fleur tropicale suspendait tout et faisait silence même dans son coeur destiné à l'amour.

Je suis la fille d'une femme qui, dans un petit pays honteux, avare et resséré, ouvrit sa maison villageoise aux chats errants, aux cheminots et aux servantes enceintes. Je suis la fille d'une femme, qui vingt fois désespérée de manquer d'argent pour autrui, courut sous la neige fouettée de vent crier de porte en porte, chez des riches, qu'un enfant, prés d'un àtre indigent, venait de naitre sans langes, nu sur de défaillantes mains nues........puissé je n'oublier jamais que je suis la fille d'une telle femme qui penchait tremblante, toutes ses rides éblouies entre les sabres d'un cactus sur une promesse de fleur, une telle femme qui ne cessa elle même d'éclore, infatigablement, pendant trois quarts de siècle......."

                                                                                                                                           La naissance du jour.

( les illustrations sont de Gabriel Lefebvre.)

                                               ----------à bientôt-----

                                                                                            MICJI

 

Posté par micji à 20:58 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

19-07-17

CORDES SUR CIEL, UN VOYAGE DANS LE PASSE

camping-cordes-sur-ciel

Cordes sur Ciel est fièrement dressé sur une colline rocheuse qui domine la vallée du Cérou dans le département du Tarn.

Tôt le matin, une brume recouvre la vallée, seul le sommet de la cité émerge au dessus de cette ouate diaphane tel un bateau fantôme à l'assaut du ciel.

C'est en 1940 que la romancière  Jane Ramel Cals a l'idée fort à propos de baptiser Cordes du nom de" Cordes sur Ciel", cette appellation lui reste acquise à jamais.

Allons à Cordes sur Ciel pour faire une plongée fabuleuse dans l'histoire.

P1130439

P1130401

P1130433

En 1222, le comte de Toulouse Raymond VII crée la bastide Cordes sur Ciel, bien situé, pour défendre son domaine de l'assaut de l'ennemi et héberger la population des hérétiques dépossédée, persécutée par les Chrétiens de l'église Romaine.

Ces nouveaux prêcheurs, dits hérétiques ,veulent revenir aux fondements de la foi chrétienne, une foi simple, tolérante, ascétique, on les appelle aussi " les Albigeois" et plus tard "les Cathares".

 Les Cathares représentent un réel danger pour l'église Romaine puissante, influente, richissime qui ne tient pas à perdre sa  brillante situation  pour ces "pouilleux",....  ainsi,  a lieux,  la terrible croisade des Albigeois,.... Cordes sur Ciel devient ville forte de l'Albigeois, et  foyer du catharisme.

Cordes sur Ciel est le théatre de nombreuses persécussions, malgré sa bravoure pour résister, elle se soumet en 1321.

La Bastide connait tout de même un certain essor grace à l'industrie de la toile, du drap, du cuir, de la finance...elle subi un .nouveau déclin en 1348 avec la peste noire qui décime la moitié de la population et plus tard , lors la guerre de cent ans qui l'oblige à construire de nouvelles fortifications pour renforcer sa défense...

Cordes connait un nouvel essor en 1450 avec le commerce du Pastel , le Pastel qui teint l'Europe en bleu....en 1940 des artistes s'y réfugient tel Yves Brayer, lui donnant un élan artistique qui dure encore.

--------------

P1130394

Les premiers regards, en arrivant à Cordes sur Ciel se posent sur les remparts crénelés du XIVè. Ces quelques mètres de remparts sont les seuls vestiges formellement authentiques, sans retouches , construits avec les pierres calcaires locales.

--------------

P1130409

P1130411

Il est interessant de remarquer que les maisons s'appuient directement sur les fortifications, avec l' autorisation  des prelats,...... la ville devenue trop étroite pour contenir sa population, de ce fait , il n'existe pas de chemin de ronde à Cordes.

................

P1130396

Passé la première porte de défense, porte de la Jane, le regard se pose sur le linteau d'une boutique d'antan, il représente le métier exercé, ici "le cordonnier",y  sont gravés chaussure et outils.

-----------

P1130403

 Accroché au rocher, voici la porte des Ormeaux, pourvu de deux herses, porte imprenable, puissante protection de la ville.

pa00095546vainqueur

La porte du vainqueur témoigne de l'agrandissement de la ville.

-------------

La rue principale Raymond VII offre un échelonnement  de différentes demeures du XIIIè au XIV è siècle., absolument magnifiques....

En effet, les riches marchands de l'époque ont fait construire ces demeures somptueuses à l'architecture gothique en grés de toutes teintes gris, ocre, mauve....,elles  invitent à l'observation, véritables livres d'images.

P1130419

Façade de la demeure du grand Fauconnier, gothique du XIVè., en grés ocre.

----------

maison-du-grand-ecuyer

Demeure du Grand Ecuyer, d'un style gothique plus primitif, du XIIIè ,et  construite en pierre de grés rose.

----------

042

Façade de la demeure du Grand Veneur, Gothique Rayonnant du XIVè, construite en pierres de grés gris, ocres.....cette demeure fut la propriété de Raymond de Rabastens, descendant d'une famille cathare...La façade requière une grande attention pour peu qu'on lève la tête et qu'on s'habille du regard de l'enfance,  émerveillée devant cette scène de chasse sculptée au dessus des ogives.....bestiaire animal, personnages représentés plus ou moins effrayés devant l'horreur de l'inquisition.

01

Grand-veneur-975x390

 

 

Là, une femme protège ses enfants....ici un homme terrifié....

 

 

 

 

 

 

 

 

07

Pour satisfaire à la symbolique Cathare de l'époque, voici la traduction symbolique des animaux représentés: le sanglier représente le spirituel,... le cerf le Christ,.... le lapin , ce qui est caché,l'occulte....les chiens sont les Dominicains...

.dans la scène ci dessus, les Dominicains (chiens), chassent l'occulte (lapin) qui se dirige vers le pommier qui est l'arbre de la connaissance....l'occulte ne doit pas avoir accés à la connaissance,qui est la  vraie spiritualité des Cathares.

La façade du Grand Veneur est, vraiment un livre ouvert,sur la culture Cathare.

--------

P1130430

Je ne peux clore ce billet sans rappeler qu'en 1450 le Pastel a fait les beaux jours de Cordes sur Ciel.

Le Pastel est une plante de couleur jaune, apparenté à la famille des choux, cultivé dans la région. Une fois traité le Pastel donne une belle couleur bleue indélébile, servant à teindre les étoffes.

Il y a 400 ans le Pastel fit s'enrichir et s'épanouir la Renaissance Toulousaine!

----------

Des pages entières ne suffiraient pas à raconter Cordes sur Ciel....ses musées d'art, du chocolat, son jardin des Paradis......alors, croyez moi c'est tellement mieux d'y aller!

----a bientôt-----

                             MICJI

 

 

 

 

 

Posté par micji à 10:16 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

08-07-17

LES VACANCES

8790cb789eb717f82d5db445e6d89052

Voici venu le temps où chacun, chacune, aprés une année de labeur et de dures économies part vivre enfin le rêve si cher à son coeur, les vacances....s'évader, respirer un air pur, se reconstituer, loin de la foule, du bruit, du stress......

Cet appel détente vers la divine nature n'est pas nouveau, depuis l'instauration des congés payés , les vacances sont devenues une religion.....mais aujourd'hui on est trompé, violé, car ce fait de société individuel est devenu un fait économique social, une industrie, une force de destruction de la nature!!

Quelques gros budgets ont flairé ce filon ,"les loisirs nature", et ont exploité illico cette opportunité à rentabilité fort attrayante, faisant des loisirs nature la deuxième civilisation aprés la civilisation industrielle.

Les humanoides des villes vont ainsi s'agglutiner dans une nature qui devient de plus en plus étroite et fragile.....

Exemple, les sites et les monuments sont menacés par cette admiration dirigée des masses, ils sont même davantage menacés que par les ravages du temps....on se rassure, l'industrie a mis un terme à cela , les visites ne seront plus que celle  des facs similés, Lascaux ,Chauvet par exemple....

Je pense aussi à ce qui fut autrefois de belles plages désertes.....aujourd'hui bondées et encombrées elles n'offrent plus qu'une cohabitation intimiste à 10cm d'une serviette sableuse,  faisant participer à la vie intime du voisin...c'est ainsi que les yeux désespérés cherchent cette mer vivifiante tant souhaité et qu'enfin, entre deux bras rougis s'ouvre devant vous un carré bleu outre  mer sans horizon....

diapo3

61058523

 

 

Il y a aussi les amoureux de l'exotisme, séduits par les promesses des sociétés "low cost"" , ils vont pouvoir enfin admirer ces danses et costumes sacrés par la tradition et qui ne sont devenus, hélas, que des tristes pantomines à tirelires......

Face à cette ruée dévastatrice l'industrie a tout prévu, on réglemente les campings, les ceuillettes, l'entrées des sites, emplacements  pour plagistes et tant d'autres encore, tout cela moyennant monnaie trébuchante...

IL y a également ces passionnés solitaires qui sont à l'avant garde de  ruées  massives organisées.Amoureux des grands espaces, ils vont les violer avec ferveur et le trompetter fièrement, ils vont même écrire un livre et faire des conférences,..... envieux ,les humanoides vont vouloir l'imiter et des masses d'hommes partent ,conquérants, mais super encadrés à coups de fonds considérables....

Par exemple l'amoureux de faune Africaine qui organise des safaris à x dollars......le marin d'opérette qui va polluer "le monde du silence" si précieux à la vie de la planète....que dire de l'Everest devenu une vraie poubelle, ......

db8c968c91274a43abf8dd36caf9f6af

7046004

Triste est de constater que la ville et l'industrie deviennent une autre ville, une autre industrie.

Je cite Aristote qui a dit:" l'homme est un être sociable, la nature l'a fait naitre pour vivre avec ses semblables", il ne se trompait guère notre Aristote! mais il ne pensait probablement pas à cette société là...

Je préfère vous quitter sur ces jolis vers de Lamartine où il fait l'éloge de l'immortalité de la nature:

" la nature est là qui t'invite et qui t'aime, plonge toi dans son sein qu'elle t'ouvre toujours, car si tout change pour toi elle reste la même et le même soleil se lève chaque jour".

.........Bonnes vacances....

   MICJI

Posté par micji à 19:18 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

20-06-17

CONQUES EN ROUERGUE

P1110340

Conques est un des plus grands sites classé en Midi Pyrénées.

D'architecture Romane, Conques en langue d'Oc signifie " concas" , mot issu du Grec. Le bourg de Conques s'abrite au creux d'un cirque entouré de collines boisées qui forment une coquille,d'où son nom... ses maisons au toit de lauzes se nichent autour de sa célèbre abbatiale, sur le versant ensoleillé.....

se promener à Conques s'est être imprégné d'une sorte d'atmosphère calme, sereine, intemporelle, troublante.....

P1080930

P1080956

P1080958

 

200032_144526005614059_5792456_n

P1080766

P1080768

 

L'histoire raconte:

En 866, un moine de Conques Ariviscus soustrait les reliques de Ste Foy qui se trouvent à l'Abbaye d'Agen pour les ramener, on ne sait comment , à Conques....Ste Foy avait subi le martyr en 303 et sacrée Sainte, elle avait 12 ans.

Le vol pieux était une pratique courante au Moyen Age, on le qualifiait de "translation furtive"....une expression charmante et coquine pour qualifier un  vol pieu....dés lors, ce vol pieu et l'arrivée de Ste Foy à Conques , aurait engendré moult miracles dont celui  de l'aveugle Guibert qui spontanément s'est mis à voir.

L'évènement fit grand bruit....c'est ainsi qu'ont vit apparaitre une multitude de pèlerins de contrées environnantes. Ces nombreux pèlerinages ont fait rayonner Conques.

Tout de même ce vol pieu était, en fait, une opération touristique qui dure depuis 1000 ans!...ainsi vivaient heureux les Conquois.

Rien n'est jamais acquis hélas...au XIIIè et XVIè siècle, Conques connait un lent et progressif déclin et cela jusqu'à la Révolution de 1789.

En 1837,Prosper Mérimée, inspecteur des monuments historiques vint faire une visite à Conques, nous sommes sous la 3è République,.... il redécouvrit le site, il fut séduit, il décida de  donner un nouveau souffle de vie au village et à ses habitants. Les travaux de restauration et de consolidation sont entrepris. En 1873, les reliques de Ste Foy sont reconnues et le pèlerinage est remis à l'honneur.

L'activité économique  née du pèlerinage sans cesse renouvelé ainsi que l'ouverture des chantiers de construction  qui ont fait appel à une main d'oeuvre considérable ,encouragent le peuplement.

Les Conquois sont ravis de voir renaitre une époque perdue, d'entendre à nouveau les cloches sonner les matines, les vêpres, les complies....

Aujourd'hui, grace à cette étape majeure des pèlerins sur le chemin de Compostelle, Conques est devenu célèbre dans le monde entier.

P1080938

P1110349

Ce que vous devez voir à Conques:

-L'Abbatiale, magnifique édifice d'art Roman, construite au XIè et XIIè, et admirer entre autres les vitraux conçus en 1994 par le peintre Aveyronnais Soulages, ces vitraux, peu traditionnels respectent l'ambiance sobre et monacale de l'Abbaye.

 

- les pavés des ruelles, le remplissage des murs des maisons ainsi que les soubassements sont en schistes à batir,,recouvertes de grés rose avec colombages bois dans la tradition du Moyen Age....

"dans les maisons de Conques, on entre par la cave, on sort par le grenier."

 

P1080943

P1080945

P1110897

P1080942

----------

-Le chateau d'Humières date du XVIè

200649_144525902280736_4642298_n

chateau-de-humieres-12_h

ob_89a498_0483-le-chateau-d-humieres-est-une-batisse-du-xvi

-----------

-La rue Charlemagne connue pour sa puissante arcade Romane de grés rouge.Au Moyen Age, cette voie était emprunté par les pèlerins en direction du Quercy.

P1080992

197996_144522592281067_1484062_n

 

P1080990

--------

-Le vieux pont Romain construit en 1410 et classé monument historique. Il traverse la rivière " le Dourdou", on y passe en voiture d'une façon trés ajustée.

P1080760

-----------

-Conques est un haut lieu culturel,..... un centre Européen  d'Art et de civilisation médiévale a été inauguré en 1992, on peut assister à Conques a de nombreuses manifestations culturelles trés diversifiées.

Conques, vous irez, vous y reviendrez encore et encore sans jamais la découvrir tout à fait.....

saint_jacques_coquille

------à bientôt-----

                                           MICJI

Les photos sont ma propriété, dans le cas où vous en désireriez, avec plaisir je vous les enverrais car la culture est le bien de tous.Merci.

 

 

 

 

Posté par micji à 15:28 - - Commentaires [9] - Permalien [#]


08-06-17

AU JARDIN DU PERIGORD NOIR...

                                                                                                         

                                                                                                                     

cadrage

Vous ne rêvez pas!.....je vous invite à visiter" le jardin d'eau" prés de Sarlat,  à Carsac- Aillac plus précisément, en Périgord noir.

Imaginez trois hectares de créations subtiles vous invite à une promenade insolite, étonnante, reposante, féerique, parmi un labyrinthe de bassins aux eaux calmes, de ruisseaux, une végétation luxuriante composée notamment de lotus, nénuphars, aux multiples coloris chatoyants. Des variétés

DSC_0069

DSC_0003

venues d'Afrique et d'Asie qui se sont parfaitement adapté au pays de la truffe et du foie gras.

C'est un spectacle à couper le souffle par la beauté des fleurs, jusqu'à deux mètres de haut pour les lotus,et  par les larges feuilles  cirées , super hydrophobes des nénuphars sur lesquelles les gouttes de rosée se transforment en perles d'argent.

Savez vous que les graines du lotus gardent leur pouvoir germinatif pendant mille ans?, seul le lotus donne ce fruit en forme de pommeau d'arrosoir.

DSC_0193

 

Voici, ici et là, les grenouilles qui savourent une sieste bien méritée au coeur des feuilles acceuillantes

IMGP1103

 

 

 

                                    "  Qui plante un jardin, plante le bonheur ", dit un proverbe chinois.Je vous laisse à penser que Manet fut un homme heureux, ('Manet adorait son jardin). Décidément notre belle France n'en finit pas de nous étonner

DSC_0208

 

 

Je vous laisse flàner à votre gré, dans cette région du Périgord tout prés de Sarlat.

 

                             

 

coupelles

 

DSC_0069

DSC_0202

DSC_0210

DSC_0080

DSC_0227

P1100775

P1100779

P1100789

            

P1100783

 

P1100786

 

DSC_0098

Un siège, ça et là, invite au repos et à la contemplation.

 

 

                                                                         MICJI

--------à bientôt--------

 

 

 

 

 

Posté par micji à 14:09 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

30-05-17

HENRI DE TOULOUSE LAUTREC ET LE HANDICAP

2114665_HToulouseLautrec

" Quand je pense que je n'aurais jamais été peintre si mes jambes avaient été un peu plus longues" (Toulouse Lautrec)

-----------

 Henri de Toulouse Lautrec est issu d' une vieille famille noble occitane, noblesse campagnarde, provinciale enfermée dans des traditions chimériques.

Sa mère Adèle Tapié de Céleyran épouse, par amour, Alphonse de Toulouse Lautrec qui n'est autre que son cousin. De cette union le petit Henri voit le jour en 1864.

L'enfance du petit Henri est heureuse jusqu'à l'àge de 13 ans, lorsque les mèdecins décèlent en lui une maladie génétique, consenguine qui affecte le déve loppement osseux, "la pycnodisostose", de façon plus compréhensive "le nanisme". Les jambes et les bras restent extraordinairement courts par rapport à un buste normal, le   visage ingrat, une élocution difficile.....

La vie et la carrière de Toulouse Lautrec vont être l'entière conséquence de ce handicap effroyable et qui a fait naitre en lui un besoin d'expression picturale d'une violence extrème.

Passionné de chevaux depuis l'enfance, et suite à deux chutes , il doit abandonner l'équitation, un terrible renoncement. Cependant, doué pour le dessin , il surmonte ce déchirement et se met à peindre sa passion des chevaux.

Henri_de_Toulouse-Lautrec_020

Mais son ami d'enfance, le peintre René Princeteau, connu alors,  n'apprécie pas son coup de crayon et le lui dit, "votre peinture n'est pas mal mais votre dessin est tout bonnement atroce",..... nous sommes en 1882.

Lautrec se tourne vers les beaux Arts et se lie avec les impressionnistes, il admire Manet dont on ressent l'influence dans divers tableaux, il réalise le portrait de Van Gogh.

Toulouse_LAUTREC,_Henri_-_Portrait_de_Suzanne_Valadon_(Madame_Suzanne_Valadon,_artiste_peintre)_-_Google_Art_Project

Portrait de Suzanne Valadon, elle fut le  seul amour de Lautrec.

peintures--2155765-100-1632-9c937_big la rousse pastel sec

"la toilette"

Lautrec abandonne l'impressionnisme pour se tourner vers l'expressionnisme, avec Gauguin, Cézanne, Munch.....ce genre pictural représente pour lui l'expression de l'intériorité de la conscience, style véhément fondé sur les déformations volontaires de la nature, inquiétude angoisse.....il se rapproche ainsi de sa recherche, d'ailleurs il dit ,

" je ne suis d'aucune école, je travaille dans mon coin".

Lautrec choisit sa propre technique, se libérant de l'académisme, d'une fausse morale,.... il cherche ses thèmes dans des scènes populaires, dans le quotidien réalité.

Il s'installe à Montmartre en 1884, les cabarets, les maisons closes, les bals vont le happer dans un tourbillon frénétique.Lautrec boit beaucoup, Lautrec peint beaucoup, notamment des prostitués qu'il considère comme des modèles idéaux,  nues ou à demi nues , leurs mouvements, leurs expressions restent vrais dit il.......

.Lautrec va au bordel par nécessité, atteint de "priaprisme", maladie invalidente et douloureuse, il trouve là, affection véritable, chaleur humaine, compréhension, sans idée de voyeurisme.

Henri_de_Toulouse-Lautrec_005bal au moulin rouge

Henri_de_Toulouse-Lautrec_012

Henri_de_Toulouse-Lautrec_001

Au delà de sa souffrance morale Lautrec regarde, Lautrec observe, Lautrec travaille, Lautrec persèvère....il sent en lui cette misère qui s'exprime sous ses pinceaux,

"Les réjouissances des pauvres sont pires que leurs misères" (Lautrec)

Lautrec se fait un nom dans les milieux artistiques, .....en 1890 il innove une technique nouvelle dont il fera un Art," la lithographie", un Art de l'image publicitaire qui prend de l'impulsion grace à l'avancée technique de l'impression et de la couleur, et un meilleur emplacement des panneaux publicitaires.

Ses affiches sont mondialement connues et appréciées

5668885713cbf_370188b

Lautrec_ambassadeurs,_aristide_bruant_(poster)_1892

Lautrec_babylone_d'allemagne_(poster_for_'the_german_babylon')_1894

Lautrec_la_troupe_de_mlle_eglantine_(poster)_1895-6

Toulouse Lautrec se réfugie de plus en plus dans la débauche, l'alcool, l'absinthe. Souffrant de plusieurs attaques nerveuses qui le paralysent progressivement, il est enfermé en maison de santé en 1899.  Il s'éteint le 9 Sept 1901, il a 37 ans.  Son oeuvre est immense.

---------

Aujourd'hui,si  son nom est au panthéon, dans son temps il était loin de faire l'unanimité, souvent diffamé, calomnié, rejeté, un journaliste cependant écrit: "un qui a un nom de Dieu de culot, mille pelochons c'est Lautrec...ni son dessin, ni sa couleur ne font de simagrés....y en a pas deux comme lui pour piger la trombine des capitalos gogos attablés avec des fillasses à la coule qui leur lèche le museau....c'est épatant de toupet ,de volonté, de rosserie et ça bouche un coin aux gourdiflots qui voudraient becqueter que de la pàte à guimauve..."

3295242993

-----------

encore cet article dans "le journal de Paris:"il eut tout loisir de se consacrer à l'observation du monde. Ce qu'il vit n'est pas trés flatteur pour la fin de siècle dont il fut le peintre authentique......il se contenta de regarder et contrairement à bien d'autres, il ne vit pas ce que nous semblons être mais ce que nous  sommes.!"

-----------

L'histoire cruelle de Toulouse Lautrec nous renvoie à celle de la marginalité, de l'exclusion, car pour s'imposer et vivre ses différences, oublier son infirmité, son désespoir caché, il faut bousculer les idées reçues,ce fut le véritable combat de Lautrec, un homme d'humour qui  dit:" je boirai du lait quand les vaches brouteront le raisin",

........l'identité et l'image de soi se construisent dans le dépassement de soi.......

Si un jour vous passez dans cette belle Occitanie, faites un détour à Albi (tarn), visiter le Musée TOULOUSE LECLERC.

                          ------à bientôt------

                                                MICJI

Posté par micji à 21:30 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

28-05-17

SUR LE CHEMIN DE St JACQUES DE COMPOSTELLE....

P11103591

L'Eté ensoleillé flàne paresseusement, il invite à prendre les chemins de traverse par monts,champs et rivières,je veux parler du chemin de Compostelle ou Via Podensis , le Puy en Velay-Conques,  qui passe en Aveyron.

P1110103

Il existe en France cinq grands chemins ou GR65, ils sont arpentés depuis le Moyen Age, en 813-830, par des pèlerins dont le but était d'atteindre la cathédrale de Compostelle, en Espagne,  où, suppose t'on, repose le Saint,  "Jacques", l'un des douze apôtres.

Les pèlerins traçaient eux mêmes, à cette époque là, leur propre chemin, traversant les obstacles naturels, rivières et montagnes, chaussés d'espadrilles,ils dormaient à même le sol et se nourissaient des aumones qu'on leur offrait au passage.Ces sentiers étaient infestés de brigands, de vagabonds qui détroussaient et parfois tuaient le pèlerin sans autre forme de procès. La foi des pèlerins étaient intense.....assurément...

L'apogé du pèlerinage se situe au XIV ET XV ème siècle, puis tombe quelque peu  en désuétude. Mais depuis une vingtaine d'années, le chemin connait un regain de fréquentation avec un succés inégalé.

15000 marcheurs parcourent l'itinéraire du Puy en Velay tous les ans. Tout a bien changé, vous vous en doutez! les sentiers et les gites sont devenus confortables, les motivations trés diverses .....,  mais quelles sont ces motivations qui poussent les Jacquets sur le chemin??

P1110100

A ma grande surprise, j'ai croisé cette religieuse sur le chemin, par signes elle m'a demandé si elle se trouvait sur le bon chemin, de la même façon, je l'ai renseigné,.... d'origine polonaise , elle ne parlait ni ne comprenait le français. Marcher ainsi vers St Jacques,seule, son aube caressant le sol, pour seul bagage un léger sac à dos....cette rencontre rare m'a laissée à penser que la lumière aveuglante de la foi devait la motiver.!...comme cela on en rencontre environ 20%.

-----------

Et puis, on croise les costauds, ils marchent pour entretenir leur forme physique, gonfler leurs muscles, se prouver leur endurance....ils marchent, ils marchent, ils marchent...ils copinent aussi...de joyeux drilles en quelque sorte.

P1110104

------------

Et là, dans un virage apparait le grand ténébreux, solitaire, harnaché , au top niveau du randonneur....il est en recherche d'une quête intérieure, il veut faire face à lui même dans cette nature solitaire, il a besoin d'un retour aux sources que la société de consommation lui a  volé ...... Surtout, ne le dérangez pas...il pense..., il pense...., il réfléchit,... il reconstruit le monde!

228003_153406711392655_3515117_n

-------

Et voici, tous les curieux à la recherche des richesses du patrimoine, ils sont légion sur le chemin, pèlerins sociables, ils vous accrochent, ils vous phagocitosent, vous harcelant de questions de toutes sortes....même le petit cailloux sous leur pas les interpelle...pierre philosophale sur le chemin du Graal......on les voit par petits groupes faire conférence.....ils parlent...ils observent....ils s'arrêtent...bref, a mon avis ils ne  sont pas prés d'arriver!

P1110966

---------

Enfin, au loin, trés loin......" à la recherche du temps perdu" dirait Proust,.apparaissent Papie et Mamie, courbés jusqu'à terre sous le poids du sac à dos, pensez donc , pour peu qu'ils aient oublié le sirop des Vosges Cazé!!!.... rouges, essouflés, la jambe oedémateuse, les pieds ondulés..."c'est encore loin?" demandent ils.....là, aucune hésitation,appeler les urgences, il y a un excellent service à l'hopital de Decazeville......

P1070893

---------

Bref, un peu d'humour pour le sourire......., vous l'aurez compris, le chemin de St Jacques est le symbole de rencontres, de paix, de solidarité.il incarne des valeurs immémoriales.Depuis 1998, il est classé au patrimoine mondial de l'humanité.

.Voici quelques vues de sites  et étapes  sur la via Podensis.

st privat d'allier- Saugues

St Privat d'Allier (Saugues)

-------------

LOZERE

Plateau de l'Aubrac

Photo 091

Aubrac, le village

----------

dyn004_original_847_644_jpeg_2643541_21a924ee54d082cae963491ddc073171

Le taureau de Laguiole, le caresser porte bonheur!

hqdefault

Casse croùte Aveyronnais, le couteau de Laguiole

---------------

 

P1090566

P1090570

Espalion

--------------

 

 

P1080938

P1080990

Conques

-------------

P11103201

Livinhac, aveyron.

 

             --------à bientôt......

                                              MICJI

 

 

 

 

 

Posté par micji à 11:15 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

25-05-17

MARCHER.....

 

                                                                                                                       

6 nov 2013 (13) pris depuis Le Caladon1

On me dit souvent "marcher seule, quel ennui!"....

Pourtant je pars souvent au hasard des chemins avec mon chien pour toute  compagnie; je contemple chaque chose, chaque être, chaque détail et nul ne me perturbe de ces petits bonheurs....

Photo 097

 

Voici un extrait du livre de Michel Jourdan, voyageur et Jacques Vigne,psychiatre,  qui illustre parfaitement ma conception de la

bruyere-cendree-2-erica-cinerea

marche.

"La marche favorise l'attention et surtout l'attention contemplative.C'est à dire la perception désintéressée, non utilitaire, non affective, non sentimentale, non analysante, non discursive de la réalité empirique.

En 1940, aprés Giono, Samivel faisait aussi l'éloge de la marche:" c'est presque une banalité de répéter que la seule manière de visiter certaines régions, c'est de les parcourir à pied.D'abord parce que la marche en elle même aiguise à la fois l'appétit et l'intellect autrement que les coussins d'une automobile, et place naturellement le voyageur dans un état de réceptivité qui multiplie l'intérêt de tout ce qu'il rencontre; ensuite parce que ce moyen là, qui exige un effort personnel, permet de rentrer en contact avec les choses et les gens d'une manière progressive et intime.......

Photo 037

Ainsi, Henry David Thoreau, le poète américain, cherchait en lui, et en se promenant le témoin conscience qui est partout avec nous et qui se révèle quand le mental est purifié de toute subjectivité:"...un compagnon silencieux, ce quelque chose de profond et de mystérieux que je trouve en marchant."....

......entrer dans un bois est un exercice idéal pour rejeter le carcan

 

 

Photo 253

sécurisant imposé par la civilisation....

....et la marche fait ce silence où l'on a plus besoin de parler.La marche accompagne toute vie contemplative où parler au monde par le silence devient possible."

 

 

7 nov 2013) (72)

 

                                                   

Photo 041

                                                                                                    

                                                                                                                                    

Photo 267

P1070494

Cliquer pour agrandir les photos......

                                                  ----à bientôt....

Posté par micji à 21:35 - - Commentaires [21] - Permalien [#]

19-05-17

FIGEAC, CITE MEDIEVALE Lotoise

                                                                                                  

maisons_a_colombages_-_figeac_-_lot_tourisme_-_crt_midi-pyrenees_d__vie1t

                                                                                                     

 

Lors d'une petite balade à Figeac,  ces jours passés, j'ai pris quelques clichés pour vous faire découvrir ce petit bijoux, en Midi Pyrénées, entre les vallées du Lot et du Célé.

Figeac, cité médiévale, étale avec fierté les richesses d'un patrimoine ancien. Il est agréable d'arpenter ses ruelles pittoresques et pavées, longées par des maisons moyennageuses ,aux façades sculptées, en pierres et colombages.

7431953794_b51f0cc6fb_b1

Halles-de-Figeac-Chemin-de-Compostelle1

P11104631

P11104651

figeac-9916_w800

------------

Mes pas me dirigent vers une étape incontournable, la place des Ecritures. En granit noir, les hyérogliphes la recouvrent presque entièrement. Ils représentent la " pierre de Rosette", fragment de stèle Egyptienne qui permit a Champollion (1790/1832) de décrypter l'écriture des pharaons.

P11104691

 

figeac,_place_des_ecritures_1_credit_photo_lot_tourisme,_jerome_more1l

----------------

 Figeac est la ville de Jean François Champollion....le musée Champollion se dote d'une fabuleuse exposition sur le célèbre déchiffreur de hyérogliphes

 

1094_musee-champollion_figeac

-----------

Au passage j'admire l'hotel de la monnaie, splendide demeure médiévale du XIII siècle

place_champollion_a_figeac_-_lot_tourisme_-_ot_figeac-p__letraublon1

---------

Voici l'église St Sauveur, classé monument historique depuis 1840. Plus petite et plus simplifiée, on peut la comparer à Ste Foy de Conques, sa voisine proche.

 

Figeac-Lot1

P11104801

P11104821

--------

La halle immense m'invite à prendre un rafraichissement.Un alléchant  marché de produits du terroir s'y installe toute les semaines.

figeac-9923_w8001

  ---------à bientôt------

            MICJI

Posté par micji à 15:09 - - Commentaires [18] - Permalien [#]