AVT_Louis-Aragon_6670

"EST CE AINSI QUE QUE LES HOMMES VIVENT"

Ce poème  est extrait du recueil " le roman inachevé" (1956), de l'écrivain Louis Aragon (1897/1982)

En 1918, vers la fin de la grande guerre, tout jeune étudiant Aragon fùt enrôlé comme tous les jeunes hommes à cette époque. Cette guerre( 14-18),  immense, atroce à inspiré et marqué tous les auteurs français et autres- Cendrars, Apollinaire, Céline, Giono, Alain......

Aragon se trouva au bord de cette contrée Allemande, à Sarrebruck où régnait l'érotisme , le mauvais goùt du romantisme Allemand. Le poète à cette époque là était plus épris d'anticonformisme, de spleen poétique que de vrais sentiments amoureux....serait il un moins fulgurant Rimbaud ayant couru les mêmes chemins de jeunesse?. Faut il trouver dans ces illusoires sensations, la signification profonde du vers "est ce ainsi que les hommes vivent".?

 En ce début du XXè  siècle,il fallait faire face  à de dramatiques crises économiques profondes, crises politiques à l'échelle planétaire sur fond de révolution bolchévique, embrouillaminis intellectuels....., il était bien difficile de choisir entre le bien et le mal, suivre une voie ou une autre, "on faisait des chateaux de sable- on prenait les loups pour des chiens" et "en ces temps déraisonnables", tels des bouchons sur le flot ,on se hasardait.

En 1927, Aragon dans le sillage d'Eluard adhèrait au Parti communiste français, Rimbaud était anarchiste, Péguy catholique.......la poésie n'a pas d'idéologie.

Pour illustrer ce magnifique poème, "est ce ainsi que les hommes vivent", parmi les nombreuses interprétations , j'ai choisi Léo FERRE....le chanteur évoque plus que tout, le voyage, l'éloignement, le déracinement, la nostalgie d'un passé perdu, des situations de guerre atroces et cruelles où l'individu cherche désespérément nourriture, tendresse,avenir.....

Rien n'a vraiment changé........

                                                                     

                                                                                                    

                                                                       -----à bientôt------

                                                                                      MICJI